Page 1 Created with Sketch. Identifiant

EDLS : « Les modèles vertueux peuvent être construits sur les réalités locales »

1 décembre 2016
Dans le cadre de la première édition des Journées européennes de solidarité locale (EDLS), l’Association italienne du Conseil des Communes et Régions d’Europe (AICCRE) a organisé et accueilli dans ses locaux de Rome des portes ouvertes de 5 jours avec des conférences, des débats, des coins d’exposition, des vidéos et des échanges de connaissances entre organisations de la société civile, experts et décideurs politiques.
« Lors de ces journées, nous expérimentons un modèle participatif : plus nous impliquons les citoyens et nous sollicitons des valeurs de solidarité et de changement, plus ce mouvement fluide s’élargira… c’est à partir des réalités locales que des modèles vertueux pourront être construits », a déclaré Carla Rey, secrétaire générale de l’AICCRE lors de la conférence de presse d’ouverture des activités.
L’Association Botteghe del Mondo (membre du World Fair Trade Europe) était partenaire de l’événement. « Je représente une association qui compte au niveau international 80 magasins, 5 000 bénévoles et 20 projets concernant à la fois une entreprise manufacturière de l’hémisphère sud et le commerce équitable italien. C’est l’occasion de présenter nos activités sociales et culturelles, » a expliqué Massimo Renno, son président. La députée Chiara Scuvera a déclaré que la loi sur le commerce équitable est actuellement au le Sénat et qu’elle prévoit la reconnaissance d’un réseau d’économie solidaire avec un rôle très important de subsidiarité pour les organisations.
Riccardo Troisi, chercheur en économie à l’Université de Coopération de Bogota, en Colombie, a expliqué un exemple local dans la région métropolitaine de Rome : à Rome uniquement, il y a 160 groupes d’achats solidaires, 130 jardins urbains, 15 boutiques de commerce équitable. La recherche a suivi 55 territoires dans 32 pays, dont 26 en Europe.
Le local devient mondial que lorsque l’on met la personne au centre même de l’économie, à travers des projets comme la production d’aliments locaux pour la communauté. La session « Décentralisation et coopération » a porté sur l’expérience de la coopérative sociale Barikamà (« Résistant » en Bambara), un projet de micro-revenu pour l’intégration sociale qui voit la production de yogourt biologique et ses ventes dans des circuits de solidarité à Rome. Le projet est dirigé par de jeunes Africains qui ont été exclus des circuits officiels d’accueil et de réemploi. Grâce à ce projet, ils ont obtenu un permis de séjour pour des raisons humanitaires. L’inclusion sociale, l’autogestion du travail et la possibilité de recréer la même expérience de travail avec les compétences acquises dans leur pays sont les «meilleures pratiques» du projet où les villes doivent devenir des lieux inclusifs et durables.
Une session importante a été adressée aux étudiants avec l’association Lo Faccio bene (« Je le fais bien »). Le but de l’association est de montrer comment nous pouvons agir positivement pour le bien commun en stimulant le changement à travers des exemples, en informant, en sensibilisant et en interceptant différents contextes sociaux et culturels à partir de l’éducation dans les écoles un lieu où l’innovation sociale et le dialogue sont possibles.
Pour plus d’informations sur les EDLS www.europeandaysoflocalsolidarity.eu